Le « Précis » de la Révolution de Toussaint Bonvoisin

Avant-propos

par Eric SAUNIER (CIRTAI, UMR 6266 IDEES - CNRS)

Conduit dans le cadre d’une dĂ©lĂ©gation CNRS durant l’annĂ©e 2009-2010, ce travail de numĂ©risation, d’indexation et de prĂ©sentation du manuscrit intitulĂ© PrĂ©cis de la RĂ©volution relativement Ă  Louis XVI. Respec du aux Rois et aux Puissances concerne un texte conservĂ© dans les fonds patrimoniaux de la Bibliothèque municipale de Montivilliers sous la cote Ms 71. Le manuscrit a Ă©tĂ© donnĂ©, ainsi qu’un ensemble de papiers familiaux en 1860, par le second fils de Toussaint Bonvoisin, le peintre Benjamin Bonvoisin [1], Ă  Charles Blanchet, qui fut le premier bibliothĂ©caire de Montivilliers, une ville moyenne (10 000 habitants) situĂ©e Ă  10 kilomètres du Havre. Il est la pièce la plus volumineuse et la plus intĂ©ressante d’un ensemble de textes rĂ©digĂ©s durant la pĂ©riode rĂ©volutionnaire (1791-1814) par un mercier et quincailler havrais : Toussaint Bonvoisin (1743-1815).

Le travail sur le « Précis » de Toussaint Bonvoisin s’inscrit dans le cadre d’une recherche qui a pour objet l’étude des pratiques d’écriture au temps de la RĂ©volution et, en raison de l’importance de l’information locale dans cet Ă©crit, une rĂ©flexion sur l’identitĂ© des villes atlantiques [2] . EngagĂ©e en 2007, cette recherche est l’objet de l’écriture d’un ouvrage : Les Ă©crits de la RĂ©volution de Toussaint Bonvoisin (1791-1814), marchand mercier du Havre de Grâce. L’identitĂ© d’une ville atlantique. Certains points particuliers des Ă©crits de la RĂ©volution de Toussaint Bonvoisin ou de la correspondance qu’il entretint avec ses deux fils aĂ®nĂ©s, Louis et Benjamin, ont Ă©tĂ© l’objet de publications rĂ©centes. Leur lecture permettra de mieux apprĂ©hender la richesse de cet ensemble archivistique restĂ© dans l’oubli.

Remarqué par Hervé Chabannes, archiviste paléographe, doctorant à l’université du Havre, le manuscrit a été numérisé par la société Fontenelle-Microcopie à l’initiative de Sophie Samson, alors conservatrice du fonds ancien de la Bibliothèque Condorcet, avec le soutien financier de la ville de Montivilliers, de la DRAC Haute-Normandie et du CIRTAI, laboratoire de recherche de l’université du Havre et composante de l’UMR 6266 IDEES du CNRS, dans le cadre duquel nous poursuivons notre recherche. La mise en ligne du manuscrit a été réalisée par Sébastien Haule.

[1] Benjamin Bonvoisin (1788-1860) est le second fils de Toussaint Bonvoisin. Peintre religieux ayant acquis une notoriĂ©tĂ© qui lui permet d’exposer aux salons de 1840 (Sommeil de l’enfant JĂ©sus) et de 1844 (Amateur de tableaux dans son cabinet), c’est un an avant sa mort, en aoĂ»t 1859, qu’il rĂ©dige un testament Ă  l’issue duquel sera vendue en 1862 sa collection au profit des pauvres du Havre et de Montivilliers. Peu de temps avant son dĂ©cès, il a Ă©galement donnĂ© Ă  son ami Charles Blanchet l’ensemble de papiers familiaux parmi lesquels on trouve le « PrĂ©cis ».

[2] Sur cette réflexion, voir notamment (dir. G. SAUPIN), Villes atlantiques dans l’Europe occidentale du Moyen-Age au XX e siècle, pp. 9-41.